Adieu WordPress, bonjour Medium

medium logo 800

Les créateurs de Twitter, ont créé Medium: Et je dois avouer, que pour ceux qui souhaitent partager du contenu, sans regarder sa mise en page et trouvant wordpress un tantinet compliqué (moi j’y arrive bien, mais pas tout le monde), c’est tentant…

J’ai décidé de basculer, peut-être de façon transitoire, mes publications et partages sur Medium, pour les raisons suivantes:

  • Plus facile d’intégrer et faire collaborer un « ignorant digital »
  • Pas de publicité (c’est toutefois ce qui me fait le plus peur, c’est quoi le « business model » ?)
  • Contenus sous licence Creative commons, ou ouvert, ou fermé, qui peut être défini pour chaque publication, de façon reconnue et explicite
  • Orienté « curation » et repartages
  • Commentaires « in the middle« : On sélectionne la portion de texte à commenter et le commentaire devient lui-même un article commentable indépendant, reprenant en lien, l’article commenté: Cela, c’est TOP. (un marqueur en marge)
  • Une ligne d’édition lisible et épurée, avec des tailles de caractères adaptables par le lecteur (par par l’éditeur)
  • La possibilité de créer des lignes d’éditions
  • L’éditeur est trés « simple »

Medium est comme un immense journal unique, avec un choix de format d’édition « figé ».

Les moins, dont celui de ses avantages:

  • C’est simple, et donc, les options d’éditions sont très limitées.
  • Pas Open Source: ni Libre, la plate-forme n’est pas « internalisable« : Point rédhibitoire en entreprises, généralement…
  • Pas de customisations possibles sur la mise en page, ou très peu…
  • Pas d’intégration possible dans un site web, cela a été supprimé (bienvenu dans les dictatures numériques du Cloud SaaS)
  • Pas de TAG sur le langage: c’est horrible, impossible de gérer des filtres sur la langue !!! Incroyable.

Et les inconvénients historiques et désormais corrigés:

  • Pas d’export natif de vos données/articles: Toutefois, un aspirateur de site html et c’est joué… (il y a une fonction « export » de mes données)

Bon allez, je bascule sur Medium, car c’est plus moderne, en attendant plus mieux bien 🙂 Ou pire comportement de leur part (La suppression de l’intégrabilité dans une page web: J’ai failli les dégager).

Pour mon blog personnel, avec sa liste de « publications » qui s’élargit:

Pour les Conseillers Médiateurs Numériques Suisses Romands (ICT-a.ch):

Publié dans FR, Politique, Société, Suisse | Tagué , , | 4 commentaires

Speculations & « Dart throwing monkeys »

https://www.linkedin.com/pulse/dart-throwing-monkeys-sergio-monaco?

Sergio share with us a thinking about arbitrary of the economic world, and speculators compared to « Monkeys throwing darts » (Wall Street Journal, 1988).

I am afraid about speculation. I feel this was draining us to consume currently 3 planets? (Officially, 1.5 per ww inhabitant, and 2.5 for Europe? But as all are agree with this, I believe reality above this number). We give the power and planet control to the « speculators ». Any multinational CEO is not a freedom guy, it is a slave under the « economic » pressure, afraid from the red button of the « eject », if failed. We use digital « progress » to higher the productivity and the pressure on the workers. Especially after the 2009 crisis, all those multi-billionaires going to be only half-multi-billionaires, was « terrible » for them. All the same the “earth” human real assets & values were exactly the same, only “speculated” values were reduced. And so all workers were having to up their productivity more again and lower their « purchasing power »… Next will be replaced with robots to reduce cost? Higher revenue?

We armed now the climatic + demographic + energetic + social bomb, and we are still drawing on the elastic. Just to be throw where? On the wall? I do my part of « humming-bird » job, and join and support those 350 swiss-french grandparents to defend the future their grandchildren: joining their force to the parents: sign also this http://www.OurKidsClimate.org and spread the world.

We can’t wait multi-billionaires and slavered politicians being conscious or just empathetic, all the same some are coming to react, as Obama & Jay Inslee said:

« We’re the first generation to feel the impact of climate change, and the last generation that can do something about it, and that’s why I committed the United States to leading the world on this challenge, because I believe there is such a thing as being too late. »

Publié dans ECOLOGIE, EDUCATION, EN, Enfants, Politique, Prévention, Société, WW | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Ni « blancs », ni « noirs », mais humains Madame ‘Morena’ !-)

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/09/30/regionales-nadine-morano-va-t-elle-etre-sanctionnee-apres-ses-propos-sur-la-race-blanche_4778009_823448.html

Les journalistes se délectent quand on peut faire « le Buzz », et recherchent les controverses, au prix de les amplifier, de les déformer, pour faire de l’audimat… Ce ne sont alors plus des journalistes, mais des buzzers. Mais c’est le mal nécessaire pour se faire entendre, animer les débats et les réflexions dans notre époque de la transformation digitale.

Mon ami André a mis en route un flux Facebook intéressant, avec les commentaires:

https://www.facebook.com/andre.portnoff/posts/1654062341502635

Ce qui me dérange profondément dans les propos tenus par madame Morano, ce sont les appels à la haine. Plus que les propos sur la « couleur » : le fait de citer et d’utiliser des mots « arabes », « noirs » ou « nègres » sont devenus des tabous, que la bienséance nous oblige à changer pour « couleur », ou « beur » comme « gay » au lieu d’homo… Je m’oppose à la dictature des mots tabous. Ce qui est important, ce sont les intentions. Et dans le cas de cette Nadine Morano, le message était clair : « dehors les musulmans ». J’imagine que c’est pire pour les Musulmans noirs (Je fais de l’humour, foncé ;). Dans un pays démocratiquement laïque et censé être tolérant, c’est inacceptable. Ce l’était déjà de la part d’un LEPEN. Je comprends le désarroi et la « peur » engendrée par les extrémistes, qui manipulent les esprits perdus et affaiblis, et je compati en étant aussi Charlie.

Mais que cela ne nous aveugle pas, sur les « manipulations » qui ne sont pas uniquement l’outil des « extrémistes » mais aussi de nos propres gouvernants : Qui ont aussi profité de cette situation (cf. http://wp.me/p3Fljn-2z). Nos élus ne sont-ils pas censés être des personnes « éclairées » et d’intelligence supérieure à notre moyenne ? Ou pas ? Douce France, berceau des droits de l’homme, que t’arrive-t-il donc ?

« En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandreen surface comme en profondeur ! »

(Gandhi)

La seule évolution durable pour l’humanité, sera à travers une éducation « moderne », libre, accessible à tous, pour remplir d’intelligence les esprits de nos enfants, au lieu de les bourrer de vidéos débilitantes (proposées par Google ou autres) et de matières scolaires insipides, à apprendre par cœur, proposées par nos institutions depuis plus de 100 ans avec si peu de remises en question. « Alors que Google (encore lui) ou Wikipedia peut te les ressortir de suite » disent mes enfants. J’essaye alors de leur apprendre la différence entre connaissances intelligentes et des banques d’informations… Pour entraîner leur mémoire, faisons-le sur des poèmes ou des pièces de théâtre, a contenu philosophique pour commencer… Et surtout, apprenons leur : La tolérance, l’empathie, et l’humilité de reconnaître nos ignorances. Nos vérités d’aujourd’hui seront les croyances de demain. Il faut bannir les dogmes et embrasser le changement permanent. Notre monde est « évolution ».

« Education is the most powerful weapon we can use to change the world »

(Nelson Mandela)

Ce dernier manquait à la jolie collection de Marie-Claude Baillif : http://myopathe.ch/?page_id=6849, avec nos remerciements.

Nelson MANDELA

Nelson MANDELA

Et oui, que des auteurs colorés. Il faut y ajouter notre sage Français, Pierre RHABI, qui préconise la « Sobriété Heureuse ». Un homme exemplaire sur beaucoup de plans, peut-être en partie grâce a son sang arabe ?

Publié dans EDUCATION, FR, France, Politique, Société | Tagué , , | 3 commentaires

Alternatiba Léman vous invite à réfléchir à la société de demain

Source: Alternatiba Léman vous invite à réfléchir à la société de demain

Allez, demain, j’irai dans la foule d’Alternatiba Léman, avec 3 garçons 12-14 ans, dont 2 à moi. Le « Foulophobe » que je suis va faire 1 effort, pour contribuer à des lendemains meilleurs 😉 RdV au stand de #GPclim (Grands-Parents pour le Climat = GPclimat.ch)

Salle Communale de Plainpalais
Rue de Carouge 52, 1205 Genève
Enjoy life 😉
Publié dans ECOLOGIE, Enfants, FR, Prévention, Société, Suisse | Tagué , | Laisser un commentaire

Swisscom, dépositaire historique de nos annuaires publics, reprend l’hégémonie qui lui avait été retirée en devenant une entreprise privée.

POST initialement partagé sur LinkedIn: https://www.linkedin.com/grp/post/1519037-5936867213674848256, il y a 9 mois.

Suite à la décision de la COMCO d’autoriser le rachat de « search.ch » par Swisscom, déjà propriétaire majoritaire de « Local.ch »…

http://www.lematin.ch/economie/Annuaires-numeriques-Swisscom-et-Tamedia-s-allient/story/12985238/print.html

J’avais personnellement écrit à la COMCO pour dénoncer cette fusion, mais cela n’a évidemment rien changé. (Voici mon post sur LinkedIn)

Annuaires « officiels »: Search.ch et Local.ch vont fusionner.

Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Pour ma part, 468 CHF/an pour avoir juste le lien de son site web sur local.ch, et 1170 CHF/an pour ajouter un descriptif détaillé et un logo. Si on veut ajouter de la publicité, il faut payer en sus… J’appelle cela « du vol« . J’ai donc décidé de faire avec « Search.ch », qui au moins pratique un enregistrement de base, qui garde son sens « public » initial, des pages jaunes « gratuites ».

Après fusion avec Search, cela pourra devenir « du racket« . Comment se fait-il que nous autorisions une telle hégémonie ?

Est-ce que nous avons d’autres annuaires ?  Je suis un fervent défenseur de la réappropriation par la Suisse de son patrimoine numérique, et même, de pousser la Suisse à devenir le coffre-fort numérique de la planète. Un lieu de sauvegarde de la liberté d’échange d’informations…

Mais dans ce cas précis, où se trouve l’échange et la construction de valeurs pour le bien commun ? Je comprends qu’il faille un modèle économique pour soutenir le fonctionnement et les développements, mais pas pour continuer d’enrichir les « grands propriétaires »… A ce prix, je préfère investir dans une campagne Google adds, bien qu’à regrets ! (Car c’est enrichir un encore plus grand riche propriétaire)

Au secours,
sauvez nos données des appropriations abusives !

Autoriser cette fusion n’est peut-être pas un mal, car le grand concurrent de Swisscom, c’est « Google ». Toutefois, en s’y prenant avec les modèles économiques du siècle dernier, l’échec est inévitable. Swisscom sauront’ils s’adapter ? A l’instar des dinosaures trop énormes pour supporter les transformations climatiques rapides, je me pose la question, avec des doutes… Peut-être cela viendra plutôt d’une autre entité, comme ZIP.ch ?

http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/69ab6580-d25b-11e4-9f2b-2a6998eb792a/La_strat%C3%A9gie_de_Swisscom_avec_Local.ch_et_Search.ch_%C3%A9nerve

Autres réactions:

Publié dans FR, Société, Suisse | Tagué , , , | 4 commentaires

Mon avis sur la question, suite au Feedback d’OVH suite à l’approbation de la loi française sur le renseignement

http://www.ovh.com/fr/news/articles/a1766.point-vue-ovh-loi-renseignement Octave Klaba, est le CEO d’OVH, le plus grand hébergeur de France et probablement un des plus grands acteurs en Europe. En sus des data centres en France, ils disposent déjà de 2 gros centres au Canada, bientôt 3 ou plus, hors « Patriot Act ». Et visiblement, il lui faudrait il peut sortir aussi de la déclinaison française de la NSA. Car malheureusement, ces centres au Canada n’empêchent pas OVH d’être soumis à la loi française sur le renseignement. Les administrations françaises pourront disposer des informations de connexions (IP des clients connectés, email des correspondants…), des particuliers ou des entreprises (suisses ou autres), hébergées chez OVH France, ou tout autre acteur français.

Le problème n’est pas de permettre l’écoute, mais de l’autoriser sans contre-pouvoir juridique pour s’assurer de la proportionnalité de la demande avec des suspicions justifiées. C’est la porte ouverte à la continuité de ce qui a été initié par les USA, le Patriot Act avec les écoutes de la NSA, pourtant tant décriés par la France en particulier. La notion du «Cloud souverain», chère à la France, ne semble importante que pour pouvoir finalement mieux «contrôler» le Net. Il ne reste plus qu’aux entreprises françaises de s’héberger aux USA, et aux américaines de s’héberger en France. Mais nous vous recommandons de venir en Suisse. Une alliance «Swiss DC» pour permettre des services Cloud réellement confidentiels est en train de voir le jour en Suisse. Ce n’est pas si simple et la Suisse n’est pas à l’abri des mêmes débordements juridiques. Toutefois, le chiffrement y est légal et sans limite. La levée de la confidentialité n’est autorisée que par un juge sur une demande ciblée et circonstanciée. La confidentialité des personnes morales y est aussi bonne que pour les personnes physiques.

Ne vous y trompez pas, la présence des écoutes massives de la NSA n’ont pas empêché le 11 septembre, ni l’attentat de Charlie Hebdo. Permettre aux services contre le terrorisme de faire leur travail à travers la planète et leur faciliter la tâche, passera par une implication de tous les citoyens et une simplification/harmonisation des droits internationaux, mais certainement pas via des «boîtes noires» d’écoutes automatiques. Nos institutions, politiques ou administratives, ne doivent en aucun cas pouvoir accéder librement à nos données personnelles (ou d’entreprises), sans devoir s’en justifier publiquement et officiellement auprès d’un organisme de contrôle indépendant de l’état. Et si des activités illicites sont suspectées, seul le contre-pouvoir juridique doit assurer la levée de la confidentialité et l’accès aux données.

Nous ne devons pas seulement défendre dans nos constitutions l’intégrité et le respect de la personne physique ou morale, mais y inclure aussi sa personnalité et son historique digital. Un humain sera demain encore plus «jugé» sur son «empreinte numérique», avec tous les débordements, quiproquos et a priori que cela pourra engendrer. Nous sommes en train de laminer nos droits futurs, encore à construire, en laissant des «incompétents» voter sur des questions dont ils mesurent très mal les conséquences. Les experts eux-mêmes ont du mal à les imaginer. Ce n’est pas la liberté du «Net» qui est en cause et qu’il faut défendre, ce sont les droits fondamentaux d’un citoyen libre et respecté, incluant son extension numérique. En particulier son droit à la liberté d’expression, sans craindre des conséquences pour sa vie sociale et professionnelle; son droit à une vie privée; son droit à une rédemption de ses erreurs passées; et son droit à ne pas se sentir simplement épié, entre autres… Internet est né «libre» car nos institutions n’y comprenaient rien à l’époque. Elles ont compris maintenant et elles tentent de reprendre le contrôle de ce qui ne leurs appartient pas… Laissons l’Internet «libre». Mieux, nous devons en faire un «droit», comme respirer ou manger. Créons des règles simples pour permettre la poursuite des débordements inacceptables, à travers le globe, par des limites établies via un consensus planétaire, et donc plus flexibles que dans les états totalitaires (que les USA et la France sont en train de rejoindre, sur le plan numérique). Commençons-donc par interdire les écoutes illégales et à les rendre condamnables.

croquistrip_banques_accordUSA

Source HEBDO.ch 2013 (Benedicte)

Très cher Octave Klaba, vous faîtes un formidable travail. Merci d’avoir fait le maximum pour défendre les intérêts de la France, malgré ses propres institutions. Si vous souhaitez créer une SA en Suisse, pour proposer un Cloud éthique et durable, nous sommes à votre disposition. Pascal +41 79 309 28 86.

Publié dans FR, France, Lang, Politique, sécurité, Société, Suisse, WW | Tagué , , , , | 10 commentaires

Digital Education Revolution – Did It Work?

Digital Education Revolution – Did It Work?.

Social contributive is the KEY: Integrating on-going seniors learning & learners, so the young generation will be able to assist retired with new techs, and older to think about human being impact of the new techs. The school must change for an auto-adaptive model: Stop think about school programs in a central high administrative place with big brains, never meeting children from years, and not knowing or understanding at all the new ones… Welcome to digital natives the 3rd humanity.
School must build from permanent, shared and rebuild contributions from educators, seniors, parents, professors, scientist, AND children themselves. See the new entrepreneurship model from Canadian’s friends (http://www.oiecec.org/en/) as a good sample.
Change & share must be part from the spirit of the new “school”, the problem is the human brain change and adoption for such values. All are saying it is great, none teachers are sharing their own training materials with others…
Children are ready for the change, not their professors. Happily, children are currently breaking the wall parents & teachers build around them, using the digital world. They act in there without any control teachers & parents… Not always for learning the best, but perhaps not so bad? Pascal Kotté founder of http://www.LesEnfantsDu.Net 😉

 

Publié dans EDUCATION, EN, Enfants, Lang, Société, WW | Laisser un commentaire

Le Miracle Suisse

Ref : Un oeil sur la planète – Le miracle suisse

Le point de vue d’un Français « non milliardaire », qui a choisit de devenir Suisse, pour des raisons non financières.

En France, nous fonctionnons à l’envers:

Formation:

6-5-4-3-2-1-Terminal tu passes le BAC sinon t’es qu’une M…! En Suisse de 1 à 11, tu fais tes classes obligatoires, et les 2/3 de « manuels » qui ne passent pas dans la filière « bac », sélectionnés dès 12 ans, disposent souvent de 3 à 4 ans de formation post-obligatoire, avec beaucoup de théories aussi, qui fabrique des PRO déjà opérationnels et expérimentés à 18 ans. Ils n’ont pas grand-chose à envier aux ‘filières universitaires ou polytechs’. Certains passent même leur « matu » (BAC Fédéral) pour leur permettre de continuer « BACHELOR », puis « MASTER ».

Politique:

France: 1er pouvoir: le président, 2nd: les ministères, 3ème: les régions… et 4ème: les communes, qui ne disposent plus guère de marges de manœuvres…

La décentralisation en France est un simple mot. En Suisse, c’est un mode de vie établi. Le 1er pouvoir est la commune, elle décide même en premier pour les naturalisations. Le 2nd pouvoir est Le Canton (L’équivalent d’un département, il dispose de plus de pouvoirs qu’une région en France avec son propre gouvernement, ses lois, ses programmes). Le 3ème: La confédération (la Nation Helvétique) rassemble 23 cantons sur 4 langues et 2 religions (catholiques et protestants). Des demi-cantons permettent même à 2 ‘campagnes’ de disputer leurs intérêts aux 2 ‘villes’ associées. Depuis le XIV siècle, la Suisse se construit par ‘consensus‘. Des 7 membres élus du gouvernement, divergents car issus des principaux courants politiques, le ‘président’ est un simple représentant ‘nommé’ en rotation pour une seule année. Les principaux ‘partis’ politiques Suisses disposent de leur ‘présidence’ avec le seul pouvoir supplémentaire d’une 1/2 voie dans le gouvernement, mais le ‘devoir’ de représenter la nation, y compris au-delà de ses propres opinions. Les controverses de la première ‘cohabitation‘ en France de 1986 ont fait sourire les Suisses, qui la pratique depuis des siècles.

Les élus restent proches du peuple. Ils n’ont d’ailleurs pas le choix, car aucune décision ne pourra se faire au-dessus du 4ème pouvoir en Suisse : Le peuple !  Les fameuses ‘votations’ peuvent supprimer et remettre en cause les décisions des gouvernants en place (fédéral, cantonal, communal), sur simple initiative d’un groupe. C’est la seule réelle démocratie en Europe que je connaisse et peut-être dans le monde ?

Economie :

Un état d’esprit travailleur et engagé: A une votation pour proposer aux Suisses une cinquième et sixième semaine de congés annuels, le peuple a voté NON à près de 70% (des suffrages exprimés). Avec des semaines de 42h30, on pourrait pourtant vouloir souffler un peu. La plupart des entreprises proposent une cinquième semaine, mais elles n’y sont donc pas obligées.

C’est plus efficace de développer un pays ‘lentement’, avec une recherche de consensus, que de le faire diriger par un parti ‘majoritaire à 52% ?’, pendant 5 ans, en prenant les tomates et peaux de bananes de l’autre parti éconduit… Pour recommencer encore 5 ans, soit avec les mêmes, soit avec les autres, mais toujours avec des tomates lancées et des voitures brûlées, inutilement… Pas très ‘développement durable’ tout cela ! Mon rêve, que l’Union Européenne s’en inspire, mais peut-être que la dimension réduite est-elle nécessaire pour réussir ? Quoique, je n’en suis pas convaincu, 23, 230 ou 2300 cantons, cela pourrait fonctionner pareil de mon point de vue, avec quelques aménagements toutefois.

Car il n’y a rien de miraculeux dans tout cela, et il y a aussi des inconvénients à tous ces avantages : Des décisions longues ou bloquées, des procédures complexes, des décisions ‘populaires’ plus émotionnelles qu’analysées, des aspects sociaux et égalité homme-femme très discutables, des inégalités dans l’éducation, une multitude d’interlocuteurs à intégrer, un coût de la vie très élevé…

Bref, d’origine française, vous comprendrez peut-être pourquoi j’ai toutefois choisi de devenir Suisse, bien que je ne sois pas milliardaire et que cela me « coûte » donc plus cher, que de vivre en France !

Pour référence, voir aussi:

Publié dans EDUCATION, France, Politique, Société, Suisse | 2 commentaires

Les Suisses ne peuvent pas acheter en Euros, sur les sites web Paypal !

En tant que consommacteurs, et si on arrêtait de se laisser faire sans réagir ?

Visiblement, en s’associant avec une banque Luxembourgeoise, Paypal récupère les frais de change à la place de notre banque. Ainsi, au vu des millions de transactions, beaucoup de bénéfices en perspectives…

Rien à redire à cela, « business is business » !

Par contre, pourquoi Paypal sélectionne et impose d’autorité la monnaie, selon la « localisation » de l’acheteur ? Et comment « localise-t-il » l’acheteur ? Cela est largement plus discutable !

Ainsi, lors d’un achat en EUROs, depuis un compte bancaire en Euro, avec une carte VISA en Euro, Paypal m’a imposé un change en Francs Suisses, sans me laisser le choix…

Résultat: Paypal prend une commission de change, pour débiter un montant converti en CHF, de mon achat EURO. Et bien entendu, ma banque prend aussi sa commission de change de change pour convertir cette commande en CHF, sur un compte EURO !

Pas encore bien au point que tout cela !

Conseillers Numériques indépendants ICT-a.ch

J’ai déjà eu un « petit bras de fer » avec Paypal, par le passé, pour finalement obtenir gain de cause, via ma banque UBS, que je félicite en passant.

Le problème est tout simple: Paypal subtilise les commissions de change aux banques pour les prendre à son compte. De beaux bénéfices en perspective. Le problème c’est qu’à l’ère du Ebanking, surtout en Suisse, nous disposons souvent de plusieurs comptes, parfois en multiples monnaies, mais pour ma part, une seule maison, en Suisse. Je peux toutefois librement utiliser ma carte CHF ou EUR pour mes achats en ligne.

Mais notre haute technologie et la capacité financière considérable de Paypal, ne semblent pas permettre la reconnaissance automatique de la monnaie effective du compte/carte utilisés dans un achat en ligne. Ainsi, résidents Suisses, Paypal décide de vous faire payer en CHF, même depuis votre compte/carte en EUROs !

On ne peut pas exiger de miracles de la…

Voir l’article original 331 mots de plus

Publié dans Lieu, Société, Suisse | Tagué , | Laisser un commentaire

Comment enrichir la fracture numérique, par une fracture sociale, l’exemple du Canton de Vaud :

Les parents ont un rôle à jour dans l’éducation, certes, mais qui a éduqué ces parents ? Déroutés et démunis face à ces nouvelles technologies qu’ils maitrisent techniquement moins bien que leurs propres enfants (comme pour la plupart des enseignants), et surtout, n’en comprennent pas suffisamment les impacts éducatifs, à la fois formidables et désastreux, mais très superficiellement compris par ces enfants. Je soutiens Action Innocence et edutic.ch, dans leurs démarches. Regarder donc aussi ce projet pilote Suisse Goldau de 2009: très éducatif: http://goo.gl/0bbsKj.

En conclusion: C’est formidable, mais on y mentionne la nécessité d’accompagner ces enfants dans le « Cloud »… C’est raté ! Ils font mais tout seuls. Ils se castagnent virtuellement 10 fois plus forts que dans la cour de récré. Des fois, cela déborde même dans le réel. Mais là au moins, on peut faire intervenir des éducateurs sociaux… Alors que dans le « virtuel », il n’y en a pas ! L’informatique ? Ce n’est pas dans le secondaire qu’il faut enseigner/éduquer (en collaboration avec les parents), c’est dans le primaire !

J’aimerai bien voir le rapport d’étude et la liste des experts pédagogiques (et informatiques ?) qui ont pondu une telle aberration, et les organismes qui ont été sollicités à ce sujet.

Tellement dommage, et vraiment mal vu. Nous avons aussi une inégalité flagrante dans ce métier boudé par les femmes, et ce n’est pas en supprimant la banalisation de l’informatique, pour l’élever à une « élite », que nous règlerons ce problème. Tout se joue avant 6 ans disait Dolto. Bon et bien, nos prochains génies de l’IT seront obligatoirement des enfants d’informaticiens, comme Mozart ne fût, que grâce aux moyens de ses parents. Dommage pour l’égalité des chances…

Pascal Kotté
Citoyen Vaudois, parent (23, 13 et 10 ans), informaticien chevronné, et membre de l’APE…

Publié dans EDUCATION, Enfants, Politique, Prévention, Société, Suisse, VAUD | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires