Le Miracle Suisse

Ref : Un oeil sur la planète – Le miracle suisse

Le point de vue d’un Français « non milliardaire », qui a choisit de devenir Suisse, pour des raisons non financières.

En France, nous fonctionnons à l’envers:

Formation:

6-5-4-3-2-1-Terminal tu passes le BAC sinon t’es qu’une M…! En Suisse de 1 à 11, tu fais tes classes obligatoires, et les 2/3 de « manuels » qui ne passent pas dans la filière « bac », sélectionnés dès 12 ans, disposent souvent de 3 à 4 ans de formation post-obligatoire, avec beaucoup de théories aussi, qui fabrique des PRO déjà opérationnels et expérimentés à 18 ans. Ils n’ont pas grand-chose à envier aux ‘filières universitaires ou polytechs’. Certains passent même leur « matu » (BAC Fédéral) pour leur permettre de continuer « BACHELOR », puis « MASTER ».

Politique:

France: 1er pouvoir: le président, 2nd: les ministères, 3ème: les régions… et 4ème: les communes, qui ne disposent plus guère de marges de manœuvres…

La décentralisation en France est un simple mot. En Suisse, c’est un mode de vie établi. Le 1er pouvoir est la commune, elle décide même en premier pour les naturalisations. Le 2nd pouvoir est Le Canton (L’équivalent d’un département, il dispose de plus de pouvoirs qu’une région en France avec son propre gouvernement, ses lois, ses programmes). Le 3ème: La confédération (la Nation Helvétique) rassemble 23 cantons sur 4 langues et 2 religions (catholiques et protestants). Des demi-cantons permettent même à 2 ‘campagnes’ de disputer leurs intérêts aux 2 ‘villes’ associées. Depuis le XIV siècle, la Suisse se construit par ‘consensus‘. Des 7 membres élus du gouvernement, divergents car issus des principaux courants politiques, le ‘président’ est un simple représentant ‘nommé’ en rotation pour une seule année. Les principaux ‘partis’ politiques Suisses disposent de leur ‘présidence’ avec le seul pouvoir supplémentaire d’une 1/2 voie dans le gouvernement, mais le ‘devoir’ de représenter la nation, y compris au-delà de ses propres opinions. Les controverses de la première ‘cohabitation‘ en France de 1986 ont fait sourire les Suisses, qui la pratique depuis des siècles.

Les élus restent proches du peuple. Ils n’ont d’ailleurs pas le choix, car aucune décision ne pourra se faire au-dessus du 4ème pouvoir en Suisse : Le peuple !  Les fameuses ‘votations’ peuvent supprimer et remettre en cause les décisions des gouvernants en place (fédéral, cantonal, communal), sur simple initiative d’un groupe. C’est la seule réelle démocratie en Europe que je connaisse et peut-être dans le monde ?

Economie :

Un état d’esprit travailleur et engagé: A une votation pour proposer aux Suisses une cinquième et sixième semaine de congés annuels, le peuple a voté NON à près de 70% (des suffrages exprimés). Avec des semaines de 42h30, on pourrait pourtant vouloir souffler un peu. La plupart des entreprises proposent une cinquième semaine, mais elles n’y sont donc pas obligées.

C’est plus efficace de développer un pays ‘lentement’, avec une recherche de consensus, que de le faire diriger par un parti ‘majoritaire à 52% ?’, pendant 5 ans, en prenant les tomates et peaux de bananes de l’autre parti éconduit… Pour recommencer encore 5 ans, soit avec les mêmes, soit avec les autres, mais toujours avec des tomates lancées et des voitures brûlées, inutilement… Pas très ‘développement durable’ tout cela ! Mon rêve, que l’Union Européenne s’en inspire, mais peut-être que la dimension réduite est-elle nécessaire pour réussir ? Quoique, je n’en suis pas convaincu, 23, 230 ou 2300 cantons, cela pourrait fonctionner pareil de mon point de vue, avec quelques aménagements toutefois.

Car il n’y a rien de miraculeux dans tout cela, et il y a aussi des inconvénients à tous ces avantages : Des décisions longues ou bloquées, des procédures complexes, des décisions ‘populaires’ plus émotionnelles qu’analysées, des aspects sociaux et égalité homme-femme très discutables, des inégalités dans l’éducation, une multitude d’interlocuteurs à intégrer, un coût de la vie très élevé…

Bref, d’origine française, vous comprendrez peut-être pourquoi j’ai toutefois choisi de devenir Suisse, bien que je ne sois pas milliardaire et que cela me « coûte » donc plus cher, que de vivre en France !

Pour référence, voir aussi:

Publicités
Publié dans EDUCATION, France, Politique, Société, Suisse | 2 commentaires

Les Suisses ne peuvent pas acheter en Euros, sur les sites web Paypal !

En tant que consommacteurs, et si on arrêtait de se laisser faire sans réagir ?

Visiblement, en s’associant avec une banque Luxembourgeoise, Paypal récupère les frais de change à la place de notre banque. Ainsi, au vu des millions de transactions, beaucoup de bénéfices en perspectives…

Rien à redire à cela, « business is business » !

Par contre, pourquoi Paypal sélectionne et impose d’autorité la monnaie, selon la « localisation » de l’acheteur ? Et comment « localise-t-il » l’acheteur ? Cela est largement plus discutable !

Ainsi, lors d’un achat en EUROs, depuis un compte bancaire en Euro, avec une carte VISA en Euro, Paypal m’a imposé un change en Francs Suisses, sans me laisser le choix…

Résultat: Paypal prend une commission de change, pour débiter un montant converti en CHF, de mon achat EURO. Et bien entendu, ma banque prend aussi sa commission de change de change pour convertir cette commande en CHF, sur un compte EURO !

Pas encore bien au point que tout cela !

Conseillers Numériques indépendants ICT-a.ch

J’ai déjà eu un « petit bras de fer » avec Paypal, par le passé, pour finalement obtenir gain de cause, via ma banque UBS, que je félicite en passant.

Le problème est tout simple: Paypal subtilise les commissions de change aux banques pour les prendre à son compte. De beaux bénéfices en perspective. Le problème c’est qu’à l’ère du Ebanking, surtout en Suisse, nous disposons souvent de plusieurs comptes, parfois en multiples monnaies, mais pour ma part, une seule maison, en Suisse. Je peux toutefois librement utiliser ma carte CHF ou EUR pour mes achats en ligne.

Mais notre haute technologie et la capacité financière considérable de Paypal, ne semblent pas permettre la reconnaissance automatique de la monnaie effective du compte/carte utilisés dans un achat en ligne. Ainsi, résidents Suisses, Paypal décide de vous faire payer en CHF, même depuis votre compte/carte en EUROs !

On ne peut pas exiger de miracles de la…

View original post 331 mots de plus

Publié dans Lieu, Société, Suisse | Tagué , | Laisser un commentaire

Comment enrichir la fracture numérique, par une fracture sociale, l’exemple du Canton de Vaud :

Les parents ont un rôle à jour dans l’éducation, certes, mais qui a éduqué ces parents ? Déroutés et démunis face à ces nouvelles technologies qu’ils maitrisent techniquement moins bien que leurs propres enfants (comme pour la plupart des enseignants), et surtout, n’en comprennent pas suffisamment les impacts éducatifs, à la fois formidables et désastreux, mais très superficiellement compris par ces enfants. Je soutiens Action Innocence et edutic.ch, dans leurs démarches. Regarder donc aussi ce projet pilote Suisse Goldau de 2009: très éducatif: http://goo.gl/0bbsKj.

En conclusion: C’est formidable, mais on y mentionne la nécessité d’accompagner ces enfants dans le « Cloud »… C’est raté ! Ils font mais tout seuls. Ils se castagnent virtuellement 10 fois plus forts que dans la cour de récré. Des fois, cela déborde même dans le réel. Mais là au moins, on peut faire intervenir des éducateurs sociaux… Alors que dans le « virtuel », il n’y en a pas ! L’informatique ? Ce n’est pas dans le secondaire qu’il faut enseigner/éduquer (en collaboration avec les parents), c’est dans le primaire !

J’aimerai bien voir le rapport d’étude et la liste des experts pédagogiques (et informatiques ?) qui ont pondu une telle aberration, et les organismes qui ont été sollicités à ce sujet.

Tellement dommage, et vraiment mal vu. Nous avons aussi une inégalité flagrante dans ce métier boudé par les femmes, et ce n’est pas en supprimant la banalisation de l’informatique, pour l’élever à une « élite », que nous règlerons ce problème. Tout se joue avant 6 ans disait Dolto. Bon et bien, nos prochains génies de l’IT seront obligatoirement des enfants d’informaticiens, comme Mozart ne fût, que grâce aux moyens de ses parents. Dommage pour l’égalité des chances…

Pascal Kotté
Citoyen Vaudois, parent (23, 13 et 10 ans), informaticien chevronné, et membre de l’APE…

Publié dans EDUCATION, Enfants, Politique, Prévention, Société, Suisse, VAUD | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

Les USA mauvais élève de la vie privée, mais qu’en est-il de la France ?

http://pro.01net.com/editorial/619052/les-fournisseurs-de-cloud-doivent-livrer-aux-autorites-us-les-donnees-hebergees-a-l-etranger/

Merci pour ce « post » très important, mais qu’en est-il pour la France ?

Car avec la Loi sur la Programmation Militaire (LPM) votée par le Sénat en décembre 2013, notre Pays est devenu tout aussi « mauvais » que les USA tant décriés avec leur « Patriot Act » et « PRISM »!

Avec un peu de chance, si une Société Française venait par contre à refuser de délivrer une donnée résidente hors de la France, concernant ses clients, notre pouvoir législatif pourrait peut-être trouver une excuse valable pour rejeter la demande d’accès… On peut rêver.

Après tout, depuis cette LPM, le législatif a été dépossédé de son pouvoir régulateur concernant le droit à la « privacy » pour les données dans le « Cloud » Francophone. Ainsi l’état Français s’est octroyé SA PROPRE gouvernance des informations, c’est à dire, un accès ouvert aux données privées, situées dans le Cloud, pour toutes ses institutions y compris fiscales.  Attention donc de ne pas mettre des données financières de simulations (je ne pousse bien entendu pas à la falsification), qui pourraient se retourner contre vous, sur un Cloud Français !

En Suisse, la notion de « Gouvernance des données » n’est pas orientée par défaut vers les états (car le pouvoir est décentralisé et distribué), mais vers leurs propriétaires. De plus, le niveau de chiffrage, et la délivrance de services de cryptage sans aucune « super clefs en cas de perte » ne sont ni limités, ni interdits, comme cela est le cas il me semble aux USA ; comme en France.

Pascal Kotté, Eco-Citoyen Franco-Suisse, Consomm-acteur éthique et durable, observateur du Cloud (CloudReady.ch)
(cc-BY-SA)

Lien | Publié le par | Tagué , , , , | 1 commentaire

Existe-t-il un projet: Vaudois, Romand ou Fédéral: Pour une solution collaborative en ligne pour connecter les parents, les enseignants, tous les acteurs éducatifs et préventifs, et les enfants ?

Lettre ouverte du 25 Mars 2014:  LETTRE OUVERTE. (cc BY 4.0)

Chers Messieurs les directeurs, Monsieur le Préfet, Chère Madame la présidente de l’APE « Pully-Paudex-Belmont »,

Mon épouse et moi-même vous remercions vivement pour vos 2 actions, qui semblent concertées, sur des sujets qui nous préoccupent particulièrement en tant que parent et pour ma part spécialiste du « Cloud »:

  • Invitation de la préfecture « Lavaux-Oron », du 7 avril à 19h au Théâtre de l’octogone pour les parents de 9e et 10eme à Pully: « Prévention, droits et devoirs des parents et des enfants« 
  • Invitation de l’Etablisssement Primaire « Pully-Paudex-Belmont », du 8 avril à 20h, salle de projection d’Arnold Raymond, pour les parents et enseignants: « Internet et ses dérives« 

J’apprécie tout particulièrement le titre sur votre plaquette, (memento joint) « Autorités, école et parents : une collaboration indispensable« .

Pourrez-vous en profiter pour nous indiquer quand il serait possible de disposer d’outils collaboratifs et d’échanges, pour les parents entre eux, et avec les enseignants ?

Actuellement, en sus du carnet de correspondance, nous ne disposons que des numéros de téléphone des autres parents, du téléphone du maître principal et d’un email générique de l’école, dont nous n’avons pas toujours un retour. Or, le téléphone est un outil très limité pour partager de la connaissance, et d’un usage un peu trop « intrusif ». L’email n’est guère mieux adapté, mais il est déjà bien moins intrusif.

Je peux prendre en charge, concernant les classes de mes deux garçons, la mise en place des groupes et outils d’échanges, comme ceux utilisés actuellement par nos propres enfants.

Le plus âgé discute tous les jours sur un groupe « WhatsApp », avec 23 des 24 élèves de sa classe. J’ai toutefois l’impression d’être le seul parent à surveiller ce qu’ils y échangent. Il y a des effets bénéfiques, mais je comprends les dérapages comme ceux du 20 janvier dernier (cf. quand-le-net-sinvite-a-lecole).

Je ferai certainement une action pour les classes de mes enfants, mais je préférerai que ce genre d’initiatives, avec la mise à disposition de plates-formes et d’outils collaboratifs, viennent de nos institutions ou bien encore de l’APE, afin d’optimiser les énergies requises et d’en partager les fruits. Je réitère mes propositions pour en discuter, et plus si possible.

Je me réjouis de pouvoir vous rencontrer et vous souhaite à tous une excellente semaine,

Avec nos plus cordiales et sincères salutations.

PS. J’ai collaboré avec l’ADI pour organiser des séances d’informations sur les outils collaboratifs, ouverts à tous publics: prochaine présentation 22 Mai, 19h à Pully. http://www.adiseig.ch/CT20140522

____________________________
Pascal Kotté, +41 79 309 28 86
Parent et Citoyen de Pully.
Fondateur de www.CloudReady.ch
Co-fondateur de www.ICT-A.ch

 

Publié dans Enfants, Prévention, PULLY, sécurité, Société, Suisse | Tagué , , , | 5 commentaires

Quand le NET s’invite à l’école

http://www.migrosmagazine.ch/au-quotidien/education/article/quand-twitter-s-invite-a-l-ecole

J’ai 3 enfants, quoique… Ma grande qui à 22 ans, est déjà de la génération Y. Mais mes 2 derniers de 10 et 12 ans font partie de la « Google » génération, la « C-GEN ». Vous avez compris que je suis de la « X-GEN » précédente, mais avec un esprit « C-GEN » de longue date… Pendant que l’école et les parents utilisent une chaîne de téléphones pour relayer les « messages en cas d’urgence » et donc très rarement mise en œuvre, leurs enfants de 12 ans utilisent WhatsApp avec un groupe d’échange incluant toute la classe. Ils peuvent ainsi « chatter » en permanence et instantanément… Enfin, pas toute la classe, car enseignants et parents y sont les grands absents ! Et c’est bien le problème.

Ainsi, à 15 ou 16 ans, ils feront probablement aussi comme ces 30 ados de Lausanne, qui ont fait une récente descente avec gazage au poivre et matraque télescopique, dans le collège de Pully, suite à des « mots » échangés électroniquement.

http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/reglement-comptes-spray-poivre-college-pully/story/12931135

Nos institutions font un excellent travail de prévention en incluant formations informatiques avec campagnes et plaquettes de sensibilisations, avec des associations et groupes très compétents. Mais Mr Fanti a totalement raison, les parents sont « largués » trop souvent, toutefois, j’y inclurai aussi un très grand nombre d’enseignants.

Je suis un des rares parents à exiger l’accès au téléphone de mon enfant de 12 ans. C’est de l’ingérence et une atteinte à son droit fondamental de vie privée me direz-vous ? En cela aussi, nos enfants sont très bien « briefés » par l’école. Peut-être, je ne le nie pas. Mais en attendant, je peux expliquer à mon garçon, que proférer des insultes sur WhatsApp, à un de ses camarades, et « virtuellement » devant toute la classe, est un acte non seulement « vil », mais totalement illégal et contraire à la loi. Je suis responsable de mon enfant, il est de mon devoir de vérifier qu’il n’enfreint pas nos lois, ni nos valeurs, et de les lui apprendre. Il ne savait pas !!

Les parents sont tout simplement écartés par nos directions et hautes institutions de l’enseignement, car considérés comme incompétents. C’est vrai, en général. Mais est-ce une excuse pour les écarter de tout dialogue constructif et réfléchi, avec toutes les compétences réunies, pour réussir ensemble à éviter que la prochaine fois, ces échanges et valeurs « décalées » et hors de contrôle des éducateurs, finissent par des hospitalisations plus graves, ou la morgue ? Mais surtout, à des générations « moins intelligentes et en moins bonne santé » que ses géniteurs ? Une régression ?

Nous somme plusieurs à tirer la sonnette d’alarme, et j’alerte mes concitoyens à qui veut l’entendre, en leur indiquant qu’un iPhone ou IPod sont des outils dangereux et qui devraient être interdits en dessous de 16 ans, car sans contrôle parental intégré, ni intégrable de façon efficace… Nos chers constructeurs ont besoin de vendre, pas de brider ! Mais les concurrents de la pomme ne sont guère mieux lotis, même si des outils de contrôles sont plus facilement intégrables, encore faut-il avoir les compétences pour le faire. Or, ce sont ces enfants qui en expliquent le fonctionnement, à leurs parents.

Nos enfants se construisent des codes éthiques et comportementaux à eux, comme nous le faisions à leur âge. Sauf que désormais, nous leur mettons en main des outils « hors » de tout contrôle. Des échanges sans supervision d’adultes ou d’éducateurs, des jeux en lignes qui ne demandent même pas l’âge du client, et les lâchera dans des « chats » sans contrôles (LOL, OSB, puis insultes fusent…). Le PEGI est bien gentil, mais les jeux ne sont plus sur les rayons des magasins… En plus c’est gratuit, au début… Mais ils n’ont qu’un seul objectif,  sans aucun contrôle de « spécialistes psycho-pédagogues » (sauf leurs propres spécialistes), c’est de capter un maximum de durée de connexion pour élargir l’impact des publicités ou d’achats de diamants (virtuels) en ligne. On utilise alors la bonne vieille technique du Tamagotchi, et sous un aspect très innocent, on lobotomise nos enfants, mais des adultes aussi. Il n’y a plus de barrières d’âge. Les adultes présents ne savent même pas l’âge de leur interlocuteur. Ils parlent à des adultes, qui sont en fait des enfants de 12-15 ans se faisant passer pour 19…

Ce ne sont pas les jeux de bastons ou de stratégies guerrières qui sont les plus dangereux: Les SIMS online et similaires, sont à interdire à tout enfant en train de se construire une personnalité propre. Eteignez vos accès Wifi/Internet la nuit, sans ondes ce ne sera pas plus mal pour des êtres en pleine croissance, et mettez vos prises sur « un traceur » de consommation. Vous verrez que beaucoup d’enfants se relèvent la nuit, pour jouer.
Il est fatigué, cerné, n’arrive plus à suivre en classe ? ALERTE ! …

C’est dommage, l’intelligence se construit essentiellement la nuit, parait-il ?

Publié dans Enfants, Prévention, Suisse | Tagué , , | 2 commentaires

Surveillance de l’Internet : faut-il avoir peur de la loi de programmation militaire ? – France – France 24

Conseillers Numériques indépendants ICT-a.ch

See on Scoop.itCloud computing scoop

La loi de programmation militaire a été adoptée à l’Assemblée nationale par 292 voix pour et 251 voix contre. Un texte qui, outre, le budget des armées comporte un volet Internet qui fait la part belle à la collecte des données.

Pascal Kotté‘s insight:

On peut désormais s’interroger sérieusement, sur la crédibilité et surtout « la confidentialité limitée » d’un Cloud Computing, sous juridiction Française, au même titre que sous juridiction Américaine, ou Chinoise… 😦

Je me demande si les « votants » des Assemblées Françaises, ont bien réalisés ce qu’ils faisaient.

A l’heure de l’explosion des volumes d’informations, il semble que nos politiciens s’y perdent, et se mettent à partir dans toutes les directions sans pouvoir réfléchir « profondément », comme cette interdiction de spectacle d’un comique français, même si on trouve moins drôle ses sujets et provocations… La France, « berceau » de la liberté, semble largement dépassée…

View original post 24 mots de plus

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire